Viticulture

Ce thème est consacré à la viticulture, aux hommes et aux femmes qui l’ont faite vivre et à ceux qui pérennisent cette formidable épopée, symbiose s’il en est entre « le ciel, la terre et l’homme ». Cette exposition souhaite modestement faire revivre les principales étapes de la viticulture dans notre région, mais aussi les qualités humaines qui en découlent.

La viticulture contemporaine doit son essor aux Grecs qui vers le Vème avant J.C. ont implanté autour d’Agde les premières vignes à vocation commerciale. Ils ont inventé l’art de cultiver la vigne et installé cette culture dans des lieux favorables, bien exposés, de manière à créer des paysages harmonieux et humanisés.

Les Grecs avaient bien préparé le terrain de l’expansion Romaine. En 118 avant J.C. DOMITIUS crée la Narbonnaise, les années qui suivent sa fondation furent marquées par une expansion spectaculaire du vignoble. Cette extraordinaire époque fondatrice de tout notre système viticole a certainement davantage marqué notre environnement que des monuments majestueux que l’on eût pu croire éternels.

Ainsi l’homme a façonné la vigne depuis 2000 ans. Elle humanise et structure les paysages, conditionne les attitudes, le comportement des populations de nos villes et de nos villages.

La vigne, dont chacun des cépages est le résultat biologique de lentes mutations, a permis des unions heureuses entre des sols de différentes natures et des climats variés.

CATON l’Ancien disait : « si l’on me demande quel est le bien le plus précieux de la terre, je répondrais c’est la vigne » (II° siècle avant J.C.)

Le vigneron, dont la faculté d’accueil est légendaire, qui vit au rythme de sa vigne, des saisons, du climat, qui dort lorsque la vigne se repose, mais veille au printemps au moment redoutable des gelées blanches, ou, en été lorsque roule le tonnerre annonciateur d’eau tant attendue, mais aussi (hélas) des grêlons dévastateurs, le vigneron qui parfois soigne, dit-on, mieux sa vigne que sa femme, est un homme singulier hors du commun.

En notre siècle de mutations, d’évolutions, de changements, il est l’héritier et le gardien de traditions ancestrales millénaires, il est l’ancre de notre navire secoué par les innovations qui, comme la grande houle, nous agitent, nous dépassent. Vins, vignes, vignerons sont des éléments fondamentaux de notre civilisation méditerranéenne.

Mais la culture de la vigne n’implique pas seulement la fatigue, elle ne se réduit pas à n’être qu’un acte technique bien réel, même paré de motifs mythiques, elle est aussi organiquement liée à l’exceptionnalité, à la symbolique, à la ritualité. Les légendes populaires abondent dans ce sens et réaffirment le caractère sacré du vin.

Gérard METGE